Régressif !!!

roudoudou_2

Pendant nos vacances dans l’île d’Oléron lorsque  nous étions enfants avec mon frère et mes cousins, nous avions l’habitude de ramasser des coquillages sur la plage que nous ramenions à notre grand-mère. Celle-ci préparait, alors, un caramel avec lequel, elle remplissait nos coquillages, que nous léchions, ensuite, avec délectation. Nous avions nos roudoudous fabriqués « maison ». J’ai gardé, depuis, l’habitude de ramasser systématiquement des coquillages dès que je suis sur une plage – je ne fabrique plus de roudoudou depuis longtemps – que je stocke pour…à vrai dire, pour des recettes de tapas que je n’ai toujours pas réalisées !
Donc, hier j’ai fait un caramel tout ce qu’il a de plus basique pour tapisser le fond d’un moule  pour un entremets et j’en avais fait un peu trop. Me voilà partie d’urgence à la recherche du sac dans lequel je conserve mes coquillages pour faire un roudoudou, un seul ! Mais je me suis  bien amusée.
L’intérêt de cette sucrerie : elle est rapide à faire, très facile et très économique : sucre + eau. D’autre part, il est particulièrement passionnant pour les chers petits monstres de partir à la recherche sur la plage, du coquillage le plus gros du monde, pour avoir le plus gros roudoudou !
On peut varier les plaisirs en remplaçant l’eau du caramel par du jus de citron ou d’orange ou autre (voir recette sur ce site) Et… pas de conservateurs, de colorants, de stabilisateurs pas de E tout court, bref pas de produits chimiques ! Du sucre tout simplement, à consommer avec modération, certes !

roudoudou_3

Ce coquillage n’a pas été ramassé sur une plage de l’île d’Oléron mais sur celle de Cabourg en plein hiver.




© Véronique Cardineau 2008, tous droits réservés.