Un péché de gourmandise

La sauce tahina (crème de sésame) est certainement le premier plat « exotique » que la petite bordelaise de 20 ans  que j’étais il y a……, ait appris. Paradoxalement, c’est aux États-Unis quand j’étais au pair dans une famille à Saint-Louis que j’ai découvert le tahina. Un ami Français, originaire d’Alexandrie (Égypte), en consommait quasiment tous les jours et m’a montré  comment faire.
Cette sauce est emblématique de la cuisine Moyen Orientale, il en existe plusieurs variantes, mais le citron est toujours l’ingrédient incontournable de cette sauce. Je la sers souvent en « dip » avec des crudités à l’apéritif et invariablement, le tahina est toujours le premier, parmi les trois « dips »  qui sont sur la table, que mes invités terminent.
C’est épouvantablement bon mais… épouvantablement calorique si on ne fait pas attention à se modérer.
Je trouve le tahina chez l’épicier kasher ou sur le marché chez les traiteurs libanais. Je sais qu’on peut en trouver aussi dans les magasins bios.

crudit_s

Pour 4 à 6 personnes

Crudités au choix en fonction de la saison : carottes et concombres en bâtonnets, radis, tomates cerise, choux-fleurs, céleris branche, fèves, artichauts poivrades…


  • 6 cuil. à soupe de pâte de tahina
  • 12 cuil. à soupe d’eau à température ambiante
  • Le jus de  2 ou 3 citrons (en fonction de la quantité de jus des citrons)
  • 1 cuil. à café de coriandre en poudre
  • 1 cuil. à café de cumin en poudre
  • 1 cuil. à soupe de persil plat ou de coriandre ciselés
  • Sel et poivre du moulin.


  1. Délayer dans un grand bol, la pâte de tahina avec l’eau. Elle épaissit  en premier puis devient blanche et onctueuse ensuite.
  2. Ajouter le jus de citron, le cumin et la coriandre en poudre, saler et poivrer selon le goût. Il est impératif de goûter pour rectifier l’assaisonnement. Bien mélanger et parsemer  de persil ou de coriandre. Réserver au réfrigérateur.

Cette pâte est étonnante, car avant d’être délayée dans de l’eau et assaisonnée, elle n’est franchement pas appétissante et est, de toute façon, immangeable.

La pâte de tahina avant d’être travaillée

tahina1

La pâte de tahina après les premières cuillères d’eau

tahina2

La pâte de tahina devenue une crème onctueuse

tahina3

© Véronique Cardineau 2008, tous droits réservés.